• BDSAIME

Un verre à Paris avec... Inanna Justice

Alors qu'on s'attendait tous les deux à une rencontre de trente minutes, nous sommes finalement restés trois heures ensemble.



• Inanna Justice, dominatrice professionnelle


Je ne sais plus comment j'étais tombé sur le site de Inanna Justice, quelques semaines avant de la rencontrer dans ce café du 8ème arrondissement de Paris, à deux pas des Champs-Élysées. Peut-être l'avais-je trouvée via le compte de Twitter de Domina M, qui avait pu retweeter ou aimer un de ses tweets.


Je visite son site, voir si elle m'inspirait quelque chose. Si tel était le cas, j'aimerais la rencontrer un jour en séance. Au premier abord, l'esthétique du site ne me chamboule pas plus que ça. Comme toujours dans ces cas-là, je redouble d'attention sur le contenu. Ce qui a alors attiré mon attention, c'est qu'elle disait être sélective avec ses clients potentiels. Ça donne envie de candidater et d'avoir la joie de peut-être se voir accepter. Je sentais aussi une certaine passion dans son petit texte de présentation et, j'ignore pourquoi, mais j'avais deviné sur le moment qu'elle n'était pas professionnelle depuis très longtemps. Mais c'est un des témoignages présent sur son site qui a fini de me convaincre. C'était un très long récit, qui rentre complètement dans ce que je disais sur le soumis et la maladie du superlatif. Il n'empêche que ce récit n'en était pas moins informatif sur Inanna Justice.

J'apprends alors en lisant les lignes d'un autre que Inanna Justice a un style de domination plutôt sensuel et très tactile. Chose très rare pour une domme pro, et chose qui m'attire énormément. J'avais envie de sentir ses caresses sur mon corps timide.


• Twitter, c'est pas si mal en fait

Quelques semaines après avoir mis son site de côté et l'avoir follow sur Twitter, je tombe sur le tweet ci-dessous, qui aura été le déclencheur de notre rencontre.


Aimant rendre service -d'autant plus aux femmes- ; je l'informe avec un lien très complet sur le référencement d'un site, avant de lui dire qu'il n'y a pas de secret pour arranger le look... on sait faire ou on ne sait pas faire. Aussi, je lui signifie que je peux l'aider si elle le veut.

Deux jours après, je reçois un message privé de Inanna Justice sur Twitter. Elle me demande ce que je ferais, mes idées, pour arranger son site, et quels seraient mes tarifs. Je lui réponds sur ce qui concerne son site, mais j'ai plus de mal à parler argent. Quand je disais que je pouvais l'aider, je ne m'attendais pas à une contrepartie financière. J'aurais pu le faire juste pour le plaisir de rendre service à une femme comme elle.


Petit lapinou bondissant que je suis, je lui propose plutôt une séance, et non de l'argent, en échange de mon travail pour elle. Je savais qu'elle était Américaine, et donc culturellement certainement plus ouverte au troc en tout genre que nous, Français. Puis, à travers les écrans, je la sentais déjà très ouverte et accessible.

Elle accepte avec enthousiasme. Chouette !

On fini de s'échanger des messages vers 1H30 du matin, le rendez-vous est pris pour le lendemain en fin d'après-midi. C'est moi qui lui ai proposé cette rencontre, si cela pouvait la rassurer. Confier le plein accès de son site à un parfait inconnu, ça craint.




• Un Perrier, un thé vert et WordPress


- La rencontre

J'arrive en premier au café prévu pour la rencontre. Je me décris ainsi auprès d'elle : jean noir, chemise bleue, blouson en cuir marron, lunettes de Harry Potter. Elle se décrit à son tour, disant qu'elle arrive de suite. J'ai lu le message de sa description physique d'un œil. Mon autre œil était au même moment sur une passante à cinq mètres de moi. Je bug complètement, je ne sais plus ce que j'ai lu avec mon autre œil ! C'est elle ou pas ? Je suis un homme, je n'ai pas un cerveau multi-tâche, moi.

Je me souviens juste qu'elle disait avoir une cigarette à la main ; je vois une cigarette. Je n'ai pas le temps de plus m'enfoncer dans mon indigeste bouillie de cerveau paniqué qu'elle arbore un léger rictus quand nos regards se croisent. Ok... c'est elle.

Elle prend un Perrier, moi un thé vert. Je bois du thé de temps en temps, depuis Warsaw Prison. Je ne saurais dire qui de l'eau du Perrier ou de Inanna Justice était la plus pétillante. N'y voyez pas une basse flagornerie, elle a vraiment un regard éclatant, et surtout, une énergie communicative. J'aime beaucoup côtoyer des gens de ce profil-là. Ça tend à contrebalancer le mien, beaucoup plus attentiste.



- Et patati et patata !

Nous pensions elle et moi ne rester que trente minutes autour de ce verre, parler du site, et voilà. Au final, nous sommes restés trois heures ensemble.

Je n'ai pas vu le temps passer, c'était très plaisant. De son côté, il y a eu quelques signes qui montraient bien qu'elle appréciait également ma compagnie. Même moi qui suis complètement attardé pour lire ces subtilités sociales, je l'ai remarqué.


Nous avons parlé de choses variées : ses préférences dans le SM, les miennes, son activité de dominatrice professionnelle, ses projets, ses expériences passées, ses dilemnes... Je ne vais pas détailler cela, elle a dit beaucoup de choses sur elle qui n'ont rien à faire exposées au public. On a aussi parlé de ma propre recherche dans ce milieu. Je ne manque jamais de préciser que malgré mon appétence internationale pour la domination professionnelle, mon plaisir premier resterait de trouver une relation privée et suivie. Je préfère être clair, car on ne sait jamais. Ce serait bête de pouvoir plaire à quelqu'un qui croirait que je ne suis pas intéressé.

J'ai aussi pu lui sortir mon petit discours médisant, sur pourquoi j'ai tant de mal à trouver des personnes qui pourraient me convenir, du moins quand je parcours les sites de rencontres.


Il y a un certain élitisme chez beaucoup de gens de notre milieu qui tend à m'exaspérer. Rien n'est plus attirant, pour moi, que la simplicité maîtrisée. Je trouve que trop de gens confondent simplicité et simplisme, et font alors tout pour essayer de ne pas paraître simple.


Quand je parcours des profils, j'ai l'impression que beaucoup font la course à qui sera le plus superficiellement complexe, et à qui utilisera le plus l'adjectif "insaisissable" dans sa présentation. Personnellement, je tends à appliquer la loi de la culture et de la confiture. Plus quelqu'un cherche à se rendre intéressant, moins il l'est vraiment.


Bref. Elle acquiesce. On parle de partage, de connexion entre le gens, d'empathie, d'ouverture d'esprit réelle.




• Tout ce que j'aimerais que Inanna Justice ne lise pas

J'ai déjà eu l'occasion de le confier sur ce blog, je suis plutôt pudique avec mes pensées et émotions. Ca m'embête presque que Inanna Justice lise tout ça. Mais je n'ai pas envie que cet article soit complètement vide de sens, donc je vais dire deux ou trois choses sur mes ressentis. Inanna Justice ne m'a pas laissé indifférent, et elle l'a bien vu. J'avoue que je craque devant sa fougue et son esprit libre. Puis, le contact est facile avec elle. Enfin, elle ne se prive pas pour venir me déloger de mes tranchées.

A plusieurs moments pendant nos trois heures d'échange, j'étais émoustillé, pour ne pas dire physiquement excité en dessous de la ceinture, je ne vous fais pas de dessin. Lui confiant que je fantasmais complètement sur le kidnapping au moment d'aborder son activité, elle a pris un malin plaisir à me mettre des mots-clés en tête, des mots types qui me font toujours un énorme effet.

Je ne sais plus quoi exactement, mais parfois je me retrouverais coincé dans la conversation, par un de ses mots moqueurs ou une petite phrase pour m'émoustiller. Je ne savais plus où me mettre, je faisais ma tête d'éponge frisée (...) avec le regard fuyant. J'avais du mal à tenir son regard rieur et satisfait, contemplant ma détresse.


Heureusement, j'avais la parade. J'ai toujours une parade ! Je retire mes lunettes, et hop, plus aucun problème à plonger mes yeux dans un regard devenu flou !


Elle me demande de remettre mes lunettes, je refuse, amusé. Hé oui, je l'ai bien eu :-) .

Elle me dit une deuxième fois de remettre mes lunettes, avec plus de fermeté mais non moins de sympathie. Ça n'étonnera personne si je dis que j'ai remis cette paire de lunettes, avec le réflexe de baisser les yeux. Je ne peux cacher que ça m'a plu. Je ne peux cacher non plus que ça m'a plu de la voir insister. On n'insiste pas pour quelqu'un dont on se fiche.

Par la suite, je n'étais alors que plus troublé. Mais tout de même très décontracté, juste complètement sensible à ses petits mots, ses petits regards, qui venaient parfois me chatouiller. Elle sait comment me perturber.

Ce que j'ai adoré, ce qu'on a vraiment parlé de tout. Pour autant, tout était parfaitement fluide.



En parlant d'être troublé, je reste sous le charme de la manière dont elle m'a salué, avant de rejoindre son Uber. Et c'est peu de le dire.


Nous sommes debout, elle s'approche de moi. Sa main ferme saisit mon menton et m'empêcherait même de me défaire d'elle si j'avais eu la folie de le vouloir ; des baisers dans mon cou comme si elle voulait me dévorer, et des mots sur ses pieds que je n'oublierai pas. Au moment d'aborder mes préférences, je lui avais en effet parlé de pieds odorants. Elle m'a dit qu'elle aurait aimé me les faire renifler, en cette fin de journée.

Nos routes se sont séparées, et je me sentais un peu comme le chiot sur le gif que vous voyez ici.


Je rêve de choses et d'autres, mais je ne m'attends à rien. Les attentes laissent la porte ouverte aux déceptions et surtout, font écran au plaisir du moment présent. Si Inanna Justice veut continuer à me perturber à ce point et à prendre mon cerveau en otage, cette fois-ci c'est moi qui aura le regard Perrier. Je ne le cache pas.


Dans tous les cas, je serai content de travailler sur son site et d'être disponible même après pour l'aider dans son activité de domination professionnelle, si je peux lui être utile.

Le plaisir de rendre service à une femme comme elle.

Le reste, Inanna Justice étant d'un style très hunter, elle saura très bien s'approprier ce qui peut l'intéresser chez moi ; et je n'aurai ni la force, ni l'envie, de lui résister.

581 views

© 2020 - Blog BDSM - BDSAIME